Après avoir attiré des investissements à grande échelle par les géants de l’automobile tels que Renault et Peugeot, le Maroc veut lancer deux autres usines par deux nouveaux constructeurs automobiles dans le but d’atteindre un objectif de production de 1 million de voitures par an, souligne Automotive news, site spécialisé dans l’industrie automobile.

Le site cite les propos de Khalid Qalam , conseiller chez Invest Maroc, , confirmant que d’ici la fin de l’année prochaine, le Maroc annoncera le nom d’un troisième constructeur automobile mondial pour construire une usine d’assemblage prévue pour l’année 2021. Cependant, il a préféré ne pas divulguer le nom de ce troisième constructeur.

Automotive News fait remarquer que le Maroc envisage également d’attirer un quatrième grand constructeur automobile avant la fin de l’an 2021. « Un quatrième projet aiderait le pays à atteindre son objectif d’augmenter la capacité de production à 1 million de véhicules par an d’ici 2025, » propos de Mr Qalam.

Lorsque le Maroc a atteindra la capacité de production de 1 million de véhicules par an, il sera classé parmi les 15 premiers constructeurs automobiles dans le monde et probablement dans le top 10, indique le site.

Le Maroc attache également une importance capitale pour la production de véhicules électriques ainsi que les utilitaires.

Pour inciter ces investissements, Le Maroc n’hésite pas à mettre le point sur les avantages qu’il présente  par rapport à d’autres pays et se présente comme base à faible coût pour produire des modèles destinés à l’exportation vers l’Europe.

Pour aider à rendre la production de véhicules électriques plus attrayante, le Maroc fournira des incitations au consommateurs pour user des véhicules hybrides ou électriques.

D’ici 2025, le Maroc vise à faire passer les ventes annuelles des véhicules électriques à la hausse à 100 000  au lieu d’un tout petit chiffre aujourd’hui. Ce passage à l’hybride coïncide avec l’objectif du Maroc à devenir un important producteur d’énergie solaire et de couvrir la moitié des besoins énergétiques du pays par des solutions telles que le solaire, l’éolien ou encore le Biomass.

D’autres incitations à l’investissement sont sans contest le coût de la main-d’œuvre pas chère au Maroc par rapport à l’Espagne et l’exonération d’impôts pour les entreprises au cours des cinq premières années.

En termes d’infrastructures, Automotive News mentionne que le port de Tanger-Med a été équipé pour garantir l’exportation d’un million de voitures par an.

Laisser un commentaire